“Ensemble, on est plus forts”

Postée le 22/12/2021

Chez Boutik la Kour, ils unissent leurs forces pour mettre en valeur l’artisanat péi. 

Sur l’île, ils sont de plus en plus à créer des commerces associatifs pour les créateurs. Tout au long de l’année, Boutik la Kour expose les créations de 9 artisans.

“J’ai fait en sorte d’avoir beaucoup de matières différentes, et des gens qui font des produits différents, pour avoir une grande offre, explique Mylène Bonneville, la fondatrice. Aussi bien pour les enfants, les adultes, les gramounes… Que ce soit des locaux, que ce soit des touristes, que tout le monde y trouve son compte et à tous les prix. On peut trouver dans cette boutique plein de choses très jolies et à des prix abordables. C’est ça l’artisanat”.

Ici, les artisans tiennent eux-mêmes la boutique. 

“Sur deux mois, vu qu’on est 9 artisans, on partage une semaine chacun la boutique, raconte Zoé Coujard et Alexis Lachemi, deux artisans de Mangebois. On tient la boutique pendant une semaine, donc on doit pouvoir présenter le travail des autres, ce qui est bien parce qu’on a pu rencontrer les autres créateurs et artisans, se rendre compte de leur travail, poser des questions : ‘Qu’est-ce qu’il y avait derrière ?’ Ils nous ont tous briefés sur leur façon de travailler leurs produits etc. Ça a pris du temps pour que l’on puisse l’expliquer aux clients. Quand on est plusieurs, on est plus forts.”

"J’aime bien mettre dans la boutique des choses que l’on ne va pas voir ailleurs."

Pour eux, l’artisanat est avant tout un gage de qualité. Mylène Bonneville est "assez intransigeante sur la qualité du produit, la finition, l’originalité. J’aime bien mettre dans la boutique des choses que l’on ne va pas voir ailleurs. Même le vacoa de Marie-Jeanne, ce n’est pas le vacoa que l’on va voir partout. Elle est très créative. Elle a un sens et une intelligence du produit et de la matière qui est rare. Elle s’adapte à des commandes particulières parfois un peu fofolles. C’est ça que chaque personne peut offrir aussi. C’est cette commande particulière. C’est s’adapter à un évènement. S’adapter à un challenge.”

Zoé explique que "si on tient la boutique un jour et que quelqu’un voit le vacoa et nous dit : ‘j’aimerais bien un sac comme ça mais avec ces dimensions là’, on le met en relation directement. Comme ça ils ont leur sur-mesure. C’est pratique pour le client, il peut avoir son sur-mesure à la boutique.”

Certaines pièces prennent plusieurs jours à être créées. A l’heure des fêtes de fin d’année, l’artisanat est une belle alternative. Il permet d’opter pour des produits plus originaux, uniques et remplis d’histoire. “Un produit c’est quelqu’un, c’est un univers. C’est ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un. Pour que ton produit te parle, il faut parler à l’artisan et après ton produit va te parler. Tu vas savoir toute l’histoire qu’il y a derrière, et c’est hyper intéressant. C’est gratifiant pour nous de se dire que l'on a des produits que l’on a faits ou pensés, qui égaient le petit intérieur de quelqu’un. C’est un vrai plaisir.”