Les photos argentiques de Christian Capron

Postée le 19/08/2021

Immortaliser le monde qui l’entoure, à travers des photographies argentiques, c’est la passion de Christian Capron.

“J’ai un petit côté solitaire, donc je me balade avec mon appareil photo et puis je regarde les choses”. Autodidacte, il commence la photographie à 14 ans, dans le laboratoire de son oncle. Au détour de ses voyages, il photographie le monde et pose ses valises à La Réunion en 1996.

“Dans un monde où tout va vite, la photographie, pour moi, c’est quelque chose où tu t’arrêtes".

Pour lui, la technique argentique est presque une philosophie. “Dans un monde où tout va vite, la photographie, pour moi, c’est quelque chose où tu t’arrêtes, tu as le temps de regarder. Tu as le temps de photographier. Avec l’argentique, c’est quelque chose que je fais. Je fais doucement, donc ça a un rapport avec le temps"

Toujours à la recherche d'authenticité, c’est durant ses balades que Christian capture ses images, avant de les développer dans son laboratoire. “Tu mets ton négatif ici. Là ça projette ton négatif sur ta feuille de papier, et ta feuille, tu la développes après. En fait, c’est un peu l’inverse de l’appareil photo. L’appareil photo, il capte l’image. L’agrandisseur lui, la restitue sur le papier”

"Le temps de le développer, le temps de le faire sécher, la journée est finie"

Technique ancienne et chronophage, une seule photo nécessite parfois plusieurs jours. “Si je prends un pellicule 6x6, je n’en ai que 12, donc je prends le temps. C’est sûr qu’en numérique, 12 vues je les aurais faites vite fait. Après j’arrive, je développe mon film. Le temps de le développer, le temps de le faire sécher, la journée est finie. Donc ce n’est que le lendemain que je peux entamer un tirage sur papier”.

Cette façon de travailler lui permet de développer un regard différent. “On s’attarde peut-être plus sur les choses. On ne prend pas la photo vite fait et on passe ailleurs. On regarde bien, on prend le temps de faire sa photo. Peut-être que oui, je pousserais les gens à essayer ça, parce que c’est une autre manière de voir les choses”.