Bientôt du houblon made in Réunion

Postée le 14/03/2022

Le marché de la bière artisanale est en plein essor à La Réunion comme en métropole. Seul bémol : le manque de culture de houblon à La Réunion… C’est le défi que se sont lancé les dalons. 

Ils ont tout juste trente ans et le goût de l’innovation. Les dalons c’est avant tout une histoire de bière et d’amitié. Jonathan originaire de La Réunion a rencontré ses deux compères Joris et Thibault à Montpellier pendant ses études en école de commerce. De retour sur l'île, ils se lancent dans un projet un peu fou : créer leur propre bière artisanale. La première bière Dalon voit le jour le 9 août 2018 dans le garage des parents de Jonathan dans les hauteurs de Saint Denis.  

L’aventure est lancée ! Le problème : pour fabriquer de la bière il faut du houblon. “‘Le houblon, c’est un des quatre ingrédients principaux pour la bière  On a besoin d’eau, de malt, d’orge ou de blé, de houblon et de levure”, explique Jonathan. Pour l’instant, la brasserie est obligée d’importer la plante d’europe et des Etats Unis. 

Mais les dalons ont envie de miser sur cette plante indispensable à la fabrication de la bière. Selon les Dalons, cette plante pérenne, de la famille des cannabinacées, peut pousser à La Réunion. “Comme ce n’est pas un plante endémique à La Réunion, Thibault s’est chargé de demander un certificat phytosanitaire pour prouver que le houblon n’est pas une plante invasive et qu’elle n’allait pas mettre en péril toute La Réunion”, confie Jonathan.

 Autant dire que cultiver du houblon ne leur fait pas peur. Pour le moment il s’agit d’une expérimentation. “On est à la deuxième phase du test. Appuyé par la chambre de l’agriculture, on va distribuer des racines à des agriculteurs, des professionnels qui ont du terrain, un savoir-faire. On va pouvoir savoir si concrètement la filière houblon a un avenir à La Réunion.”

Un impact positif sur l’agriculture

Cette première expérimentation a suscité un vif intérêt auprès des agriculteurs. “Etant un petit planteur, on n’a pas beaucoup de surface  et avec la culture de la canne qui devient de plus en plus compliquée avec l’interdiction de beaucoup de produits comme les herbicides, l’augmentation du prix de l’engrais et le prix de la canne qui ne bouge pas. ça devient vraiment difficile. J’ai toujours voulu me diversifier. J’ai envie d’essayer et voir comment ça se passe et est-ce que ça va marcher. Puis étant amateur de bière, ça serait une fierté de produire du houblon péi à La Réunion, et de pouvoir consommer une bière péi”, se réjouit Kévin, agriculteur à Saint Benoît. 

Plusieurs agriculteurs du département ont aujourd’hui décidé d’implanter du houblon à petite échelle sur leurs exploitations. Est-ce le début d’une belle histoire de diversification ?