L’endométriose, cette maladie féminine négligée

Postée le 24/03/2022

Mars, c’est le mois dédié à l’endométriose. Cette maladie encore méconnue touche pourtant 1 femme sur 10 en âge de procréer. 

“Dès mes premières règles, j’ai ressenti beaucoup de douleurs”. Maryse, 49 ans, sait de quoi elle parle. Elle est atteinte d’endométriose. Cette maladie gynécologique et chronique concerne une femme sur dix. “Elle consiste en la migration de cellules de l’endomètre dans divers organes”, explique-t-elle. 

Les règles ont rythmé sa vie d’adolescente et de jeune femme. "C'étaient des douleurs qui me prenaient dans le bas du dos, au niveau des ovaires, qui me créaient des troubles digestifs.“ Elle se souvient des nombreuses activités auxquelles elle a dû renoncer : “Mes petites copines, mes petits copains partaient en colonies de vacances ou en centre, mais moi, ça me faisait peur de devoir gérer mes problèmes de douleurs et de règles abondantes”, confie Maryse.

Maryse alerte sur la prise en charge qui doit se faire le plus rapidement possible pour éviter les éventuelles séquelles. Aujourd’hui, sa pathologie l’empêche d’avoir des enfants. Une nouvelle dure à digérer.  “J’aurais réfléchi et fait autrement si j’avais eu connaissance de toutes les conséquences que ça pouvait avoir… Je ne mesurais pas la difficulté de tomber enceinte.”

Engagée auprès de l’association MEMS (Mon endométriose ma souffrance) pour sensibiliser l’opinion publique et les professionnels de santé, Maryse souhaite que son témoignage serve pour toutes celles touchées ou amenées à l’être et leurs adresse un message d’espoir : “L’endométriose n’est pas une fatalité, il y a des femmes qui tombent enceintes, elles sont de plus en plus nombreuses."