Talents la kour ou l’émergence du cinéma réunionnais

Postée le 13/10/2021

Deux des lauréats de cette année ont déjà des diffuseurs comme Canal plus Réunion et Réunion la1ere. Bientôt, 6 Réunionnais iront au Jamel Comedy Club pour pitcher leurs projets de films devant des producteurs. Un rêve rendu possible grâce au dispositif Talents La Kour, proposé par Cinekour.

“Pourquoi si peu de nos films en France parlent de ce qui se passe à la Réunion ? Pourquoi si peu de comédiens du cinéma français viennent de La  Réunion ? Ça doit changer et ça va changer”. Ce sont les mots d’Elsa Dahmani, fondatrice de Cinékour et Talents la kour, un dispositif pour le cinéma réunionnais de demain. “Je trouvais hyper intéressant, parce que quand je suis arrivé, je ne connaissais personne à La Réunion qui faisait ça. Je savais qu’il y en avait, mais je n’avais aucun contact”, raconte Pierre Briois, Lauréat 2021.

Tous les 2 ans, Talents la kour accompagne 10 auteurs réunionnais sur le développement de leurs courts-métrages. “C’est un dispositif que l’on a mis en place depuis 2017 et qui s’ouvre à partir de 18 ans pour les porteurs de projets de court-métrage de fiction” explique Elsa Dahmani. Pendant 6 semaines, ils se confrontent à des ateliers d’écriture, de production, du jeu d’acteur…

 La rencontre de scénaristes, réalisateurs, producteurs, locaux ou nationaux.

Ce dispositif permet la rencontre de scénaristes, réalisateurs, producteurs, locaux ou nationaux. “C’est un dispositif de coaching pour des cinéastes émergents, qui n’ont pas forcément déjà de pied dans le milieu professionnel du cinéma, que Talents la kour va aider à trouver des marques dans ce milieu, explique Bérangère Condomines, productrice et intervenante à Talents la kour. Ça passe par des ateliers pour approfondir l’écriture de leurs films, et beaucoup de rencontres avec des professionnels”.

Une expérience positive et collective pour Guillaume Begue, Lauréat 2021 : “Une énergie hyper positive. Chacun a son pitch, mais en même temps on l’a vraiment fait collectivement et les intervenants que l’on a eus nous ont vraiment fait travailler pour que l’on se nourrisse les uns des autres, que l’on apprenne par les présentations des autres. C’était pas chacun dans son coin”. Pour Marine Hervé, réalisatrice et lauréate 2019, “c’est un accompagnement hyper complet, où même ce pitch session, c’est des révélations sur soi en termes de confiance en soi, d’estime, de légitimité. Ça nous donne des armes qui vont nous servir toute notre vie. Jusqu’à cette pitch session, où j'ai rencontré mes producteurs”.

Un projet qui a permis la création de plusieurs courts-métrages.

6 d’entre eux iront pitcher leurs films au Jamel Comedy Club devant des producteurs. Elsa Dahmani explique l’objectif de cette résidence : “Mettre en réseau les porteurs de projets avec des collaborateurs, producteurs mais également diffuseurs. Voire techniciens et comédiens”. Ceci a déjà permis la création de plusieurs courts-métrages, notamment “Blaké” de Vincent Fontano, pré-sélectionné aux Césars 2021, mais aussi “La petite sirène” de Manon Amacouty, ou plus récemment “Reine Kayanm” de Nicolas Sery. 

A chaque fois que Véronique Ruggia, comédienne et intervenante, rencontre les porteurs de projets, elle “découvre 10 visions de La Réunion, 10 regards et que La Réunion prend corps grâce à ces films. Je leur souhaite d’aller au bout de leurs rêves”.